Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 juillet 2011

L'homme qui songe

Le_Poète_voyageur.jpg

« L’homme qui songe est un dieu, celui qui pense un mendiant ; et celui qui a perdu la ferveur ressemble à l’enfant prodigue qui contemple au creux de sa main orpheline les quelques sous dont la pitié l’a gratifié sur son chemin. »

Friedrich Hölderlin, « Hypérion » 

samedi, 10 avril 2010

La beauté

botticelli-primavera.jpg
Ô Bellarmin ! quand un peuple aime la beauté, quand il honore, en ses créateurs, le génie, un esprit commun circule, pareil au souffle de la vie; la pensée timide s'épanouit, la suffisance fond, tous les coeurs sont doux et grands, et l'enthousiasme engendre des héros. Un tel peuple est la patrie de tous les hommes, et l'étranger volontiers s'y attarde. Mais là où la Nature divine et ses porte-parole, les créateurs, subissent de pareils affronts, la joie de vivre s'évanouit; n'importe quel astre est préférable à cette terre. Là, les hommes, qui sont pourtant tous nés dans la beauté, se font de plus en plus sauvage, arides; le sens de la servitude augmente avec la grossièreté, l'ivresse avec le souci, et avec le luxe, la faim et l'angoisse de se nourrir; les dons de chaque année tournent en malédiction, et les dieux fuient.

Friedrich Hölderlin, « Hypérion »

vendredi, 02 avril 2010

Tout est rythme

StatueApollon2.jpg

« Tout est rythme, le destin tout entier de l’homme est un rythme céleste, de même que toute œuvre d’art est un rythme unique, et tout prend élan depuis les lèvres poétiques du dieu, et là où l’esprit de l’homme s’ajointe à lui, ce sont les destins transfigurés dans lesquels se montre le génie : le dire poétique est une lutte pour la vérité… Et ainsi le dieu utilise le poète comme flèche, pour tirer de son arc le rythme… »

Friedrich Hölderlin